Permaculture, du projet à la réalité

La fin de la formation est consacrée au projet personnel de ferme à présenter. N’ayant aucune idée pour l’heure du lieu où je souhaiterais vivre (terre exploitable, climat, topographie), ma camarade de stage, Marine, et moi avons choisi d’aider un groupe de Français qui a acheté une parcelle des terres de notre instructeur.

Comme c’est un homme au grand cœur, il leur a vendu une très jolie parcelle, qui s’accorderait à leurs projets de vie : une guest house mais aussi un lieu de vie communautaire, sur 11 000 m².

Nous avions un peu la pression car ils se baseront sur notre analyse, projections et propositions pour les premiers coups de pelleteuse, planter les arbres fruitiers, creuser les étangs d’épuration d’eaux usées. 48h de travail, de reconnaissance du terrain et de fumage de cerveau, c’est à deux voix que nous présentons notre projet, avec nos « clients » dans l’assistance.

perma_projet perma_projet2

Nous savions que la pelleteuse devait venir incessamment mais ne nous attendions pas à ce qu’elle soit là le lendemain de la présentation du projet. Toute la journée, elle a creusé les chemins, les emplacements pour la constructions des habitations et les étangs d’épuration d’eaux usées.

Avec les autres étudiants et volontaires de la ferme, nous allons les aider dans leurs premiers pas dans la construction de leur nouvelle vie ici.

perma_projet3 perma_projet4

Sahai Nan, c’est plus qu’une ferme-école, c’est un lieu où des valeurs essentielles que sont la solidarité, le partage et la protection de la nature sont moteurs de vie.

Je n’aurais rêvé mieux comme première école de la permaculture.

Désormais, j’axerai mon voyage en fonction de lieux où je pourrais continuer à pratiquer ce qu’il m’a été enseigné mais également approfondir les problématiques qui me tiennent à cœur.

sahainan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *